Description

Des chartes aux registres. Les notaires et secrétaires royaux au milieu du XIVe siècle, étude sociale et documentaire


Nature du projet : Thèse

 

Description

Cette thèse, menée par Emmanuelle Portugal, porte sur les pratiques de l’écrit de la chancellerie royale française, bureau d’écriture attaché au roi chargé de préparer, écrire et contrôler les documents. Limitée aux règnes des premiers Valois, de Philippe VI à Charles V (1328-1380), cette étude portera sur 55 registres et plus de 17 000 actes.

Il s’agira de poser globalement la question de :

  • la production : Comment est fabriquée la reliure des registres (que nous apprend la reliure des registres de chancellerie)? Qui rédige l’acte et comment (étude de l’encre, du style d’écriture, de l’ornementation)? Qui le contrôle ?...
  • la structuration : Dans quel ordre sont placés les actes dans les registres ? Quelle est la logique de création de ces derniers ?
  • la transmission : Comment sont transmis les motifs réutilisés ? Quelles sont les modifications de présentation ? Pourquoi l’utilisation des couleurs est-elle abandonnée ? …

Ces problématiques seront envisagées à partir d’une étude sociale et culturelle du milieu des notaires et des secrétaires royaux, d’une étude graphique des actes et d’une étude matérielle de certaines catégories d’archives conservées, des chartes aux registres.

Face au peu de travaux sur la période, cette thèse pourra compléter les connaissances sur les archives royales françaises du XIVe siècle dans leur matérialité et leur histoire, ainsi que la compréhension des milieux professionnels à l’origine de cette documentation.  

Ce travail portera à la fois sur l’identification et la description d’un échantillon d’une quinzaine de notaires en étudiant leurs origines, leur parcours, leurs relations et leurs écrits à l’aide d’études prosopographiques et d’un examen approfondi des séries d’archives (chartes originales, copies, registres).

 

tl_files/patrima/projets/images/IMG_These_EmmanuellePortugal.jpg



Légende : Initiale ornée de l’acte Arch. nat. J154 (Hôtel Saint-Pol) n°8, Février 1366, Charles V, roi de France, rattache au domaine de la Couronne l’hôtel des archevêques de Sens qu’il veut dédier au logement des gens de son hôtel. Photographie personnelle

 



Intérêts sociétaux et valorisation

Cette thèse doit permettre une meilleure connaissance de documents très importants conservés aux Archives nationales, qui en seront directement bénéficiaires pour l’exploitation de leurs fonds patrimoniaux. Outre les apports historiographiques de premier plan qu’on peut attendre d’une telle étude, on peut envisager une valorisation des résultats sous la forme d’exposition, de mise au point d’outils de recherche et de mise à disposition d’analyses nouvelles exploitables dans des problématiques de conservation et de restauration (étude des chartes, mais surtout de la structure matérielle des registres, mal connue, en particulier dans leur distinction avec les manuscrits, et dans leur procédure de reliure).

 

Actualités et premiers résultats

Actuellement en phase de dépouillement et d’analyse du contenu et de la structure, cette étape est essentielle pour  comprendre l’organisation des registres avant d’étudier leur matérialité. Emmanuelle Portugal a d’ores et déjà pu découvrir que les registres ne sont pas aussi sériels que l’on pensait, leur organisation étant plus complexe.

 

Mots-clés 

archives, art, chartes, corpus, cuir, graphique, histoire, media, moyen âge, ornementation, société

Détails d'organisation

tl_files/patrima/portraits/images/trombi/portugal.pngDoctorante : Emmanuelle Portugal est titulaire d’une licence de Lettres classiques, obtenue à l’Université de Rennes II – Haute Bretagne en 2009, ainsi que d’un Master d’histoire médiévale, achevé en 2011 à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses recherches de master 1, exécutées en parallèle d’un stage aux Archives nationales, portèrent sur des documents de la pratique particuliers, les chartes royales ornées, qui n’avaient pas encore été traitées pour le règne de Jean le Bon (septembre 1350 - avril 1364). Son master 2 s’intéressa plus précisément à l’organe administratif responsable de la réalisation des chartes royales ornées, et plus largement des documents royaux, à savoir la chancellerie, ainsi qu’à quelques aspects de la culture de ses principaux agents, les notaires-secrétaires.

Structures de rattachement administratif : Laboratoire Etats, Sociétés, Religion (ESR) à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) et Section ancienne des Archives nationales

Directeurs du projet : Bruno Laurioux (Professeur d’histoire médiévale à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Ghislain Brunel (Conservateur en chef, Archives nationales)

Autres encadrants : Pierre Chastang (Maitre de Conférence en histoire médiévale à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, UVSQ) et Emmanuel Rousseau (directeur du département de la conservation, Archives nationales).

Date de démarrage : septembre 2011

 

Bibliographie 

Olivier Canteaut, « Du notaire au clerc du secret : le personnel de la chancellerie des derniers Capétiens directs dans les rouages du pouvoir », De part et d’autre des Alpes II. Chancellerie et chanceliers des princes à la fin de Moyen Âge, Actes de la table ronde de Chambéry, 5 et 6 octobre 2006, Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni (dir.), Chambéry, Université de Savoie, 2011, p. 231-285.

Robert-Henri BAUTIER, « Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philippe VI », Chartes, sceaux et chancelleries, Etude de diplomatique et de sigillographie médiévales, t. II, p. 615-852.

Georges Tessier, « L’activité de la chancellerie royale française au temps de Charles V », Le Moyen Age, Revue d’histoire et de philologie, 3e série, Tome IX, 1956, pages 14 à 52.

Lucien Perrichet, La Grande Chancellerie de France des origines  à 1328, Paris, L. Larose et L. Tenin, 1912.

Octave MOREL, La grande chancellerie royale et l'expédition des lettres royaux de l'avènement de Philippe de Valois à la fin du XIVe siècle (1328-1400), Paris, 1900.

Raymond CAZELLES, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Paris-Genève, 1982 (Mémoires et documents publiés par la Société de l'École des chartes, 28).

Ghislain BRUNEL, Images du pouvoir royal : les chartes décorées des Archives nationales, Paris, 2005.

Serge Lusignan, Le français en France et en Angleterre, Paris, Presses universitaires de France, 2004.

Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Actes du colloque tenu à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (14 – 16 juin 1999), Michel Zimmermann (dir.), Mémoires et documents de l’École des Chartes (n°59), Paris, 2001.

« Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge », Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Joseph Morsel, Natacha Coquery, François, Menant et Florence Weber  (dir.), 2006, [En ligne], (http://www.presses.ens.fr/PDF/ECMonline.pdf)

Vocabulaire international de diplomatique, Commission internationale de diplomatique, Comité international des sciences historiques, Maria Milagros Cárcel Ortí, Valence, Universitat de València, 1997.


Travaux antérieurs (master 1 et master 2) 

Les chartes ornées de Jean le Bon présentes aux Archives nationales, Etude historique et archivistique (1347-1364), rapport de recherche dirigé par Messieurs Etienne Anheim et Pierre Chastang et sous la responsabilité de Monsieur le professeur Bruno Laurioux, rapport soutenu à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines en juin 2010.

La culture des notaires-secrétaires royaux au milieu du XIVe siècle, mémoire de recherche dirigé par Messieurs Etienne Anheim et Pierre Chastang et sous la responsabilité de Monsieur le professeur Bruno Laurioux, mémoire soutenu à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines en juin 2011.