Thèse : Mécanismes de protection de la statuaire en bronze : comparaisons de techniques classiques et d'approches innovantes par carboxylates (Protection statuaire Bronze)

tl_files/patrima/projets/images/Bronzes Versailles.jpgCette thèse concerne l’optimisation des traitements de protection de la statuaire en alliages cuivreux exposée en extérieur. Dans ce contexte, afin de préserver le métal de la corrosion, il existe jusqu’à présent quelques traitements basés sur l’utilisation de cires ou de vernis aux propriétés hydrophobes ou inhibitrices qui ne sont que peu satisfaisants, du fait de leur tenue médiocre sur le long terme et de la toxicité de certains produits. Or, les processus d’interactions entre les couches de patines formées sur le métal et les produits appliqués sont très mal connus, réduisant les efforts d’optimisation des traitements. La thèse propose une méthodologie de caractérisation physico-chimique aux échelles micro et nanométriques afin de préciser les interactions entre les patines et différents traitements à base de cire et de composés à base de carboxylates. Des couches de produits de corrosion formées sur des statues exposées en extérieur seront caractérisées grâce à des méthodes micrométriques (μXRD, μspectrométrie Raman, MEB-EDS, μXAS et SAXS) et nanométriques (MET-EDS, STXM sous rayonnement synchrotron) afin de préciser la nature physico chimique et la porosité d’échantillons représentatifs des facies de corrosion et d’alliages rencontrés dans le patrimoine. Un marquage isotopique du traitement au 13C permettra de caractériser la pénétration et les interactions entre les couches et les polymères. La tenue des différents produits sera comparée grâce à des tests de lixiviation et de remise en corrosion en laboratoire en milieu marqué 18O et D2O. La thèse sera portée par différents acteurs du Labex PATRIMA spécialistes du sujet : le musée Rodin, le château de Versailles, le LRMH, le C2RMF et le LAPA pour la mise en place de la méthodologie adaptée à cette problématique.

Détails d'organisation

Porteur et directeur de la thèse:

  • Philippe Dillmann, LAPA

Autre partenaire et co-directeur:

  • Albert Noumowé, UCP/L2MGC
  • Alexandre Maral, Etablissement du Château de Versailles

Doctorant:

  • Emilande Apchain