Projet de recherche

Nature du projet: Post-doc

 

Polychromie antique sur l’argile. Programme d’étude sur les pratiques artisanales de la couleur : peinture et dorure des terres cuites grecques (Ve s. av. J.-C. Ier ap. J.-C.) (PILINA)

 

tl_files/patrima/projets/images/PILINA.JPGLe projet a pour but de corréler sciences dures et approche historique des matériaux du patrimoine dans une perspective d’histoire de l’art autour du geste de l’artisan antique, peintre et doreur sur statuettes d’argile (en grec « pilina eidolia ») dans la Grèce classique et hellénistique. Il propose d’approfondir nos connaissances sur ces savoir-faire dont on peut, au vu des résultats déjà obtenus, soupçonner la totale maîtrise tant dans l’utilisation des matières premières que dans les effets recherchés. L’étude scientifique des pigments et colorants, des feuilles métalliques (en or, en argent et en étain) et de leur stratigraphie nous permettront de disposer d'informations inédites et capitales sur la nature des matériaux utilisés dans l’Antiquité par les artisans mais aussi, nouvel angle d’approche essentiel, sur la précision de leur mise en œuvre (évoquant « l’akribéia » des textes antiques), l’organisation du travail artisanal ainsi que les valeurs accordées à cet embellissement final par la couleur et à cette recherche d’éclat via la dorure (chrysôsis), toutes notions essentielles dans la sensibilité grecque. Le projet veut aussi servir un but pratique, appliqué à la préservation du patrimoine : par-delà l’avancée des connaissances, c’est bien à l’amélioration des pratiques de conservation et de restauration d’œuvres antiques fragiles que l’on tend.

Loin d’en être à un simple défrichement de la question, ce programme d’étude s’appuie au contraire sur les travaux d’une collaboration fructueuse précédemment nouée entre le musée du Louvre et le C2RMF ; il se veut une capitalisation des résultats très prometteurs déjà obtenus.

A partir des hypothèses de travail esquissées, il s’agit maintenant de compléter et d’approfondir des pistes de recherche précises sur un corpus d’une quarantaine de figurines en terre cuite conservées au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre, provenant de Grèce propre, de Grèce de l’Est et de Grande-Grèce, et datant du Ve siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C. Quatre axes de recherche principaux seront développés via les travaux d’examen et d’analyse conduits par le C2RMF (avec le renfort d’un chercheur associé) en lien avec d’autres partenaires scientifiques :

1°) l’étude des préparations (c’est-à-dire des couches intermédiaires détectées entre support argileux et couches picturales),

2°) l’étude des décors de surface constitués de feuilles métalliques,

3°) à partir des données recueillies, l’identification potentielle de pratiques régionales mettant en œuvre une technè spécifique, révélatrice de traditions, de choix et de goûts locaux,

4°) une approche de l’histoire de la restauration de ces œuvres, attestée dès l’Antiquité.

Détails d'organisation

Porteurs de projet: Sandrine PAGES-CAMAGNA (physicienne, C2RMF), Brigitte BOURGEOIS (conservatrice, C2RMF)

Partenaires:

Musée du Louvre, DAGER (Violaine JEAMMET)

LADIR (Ludovic BELLOT-GURLET)

Ecole Nationale Supérieure de Chimie Paris (Gilles WALLEZ)