LUXOR : Couleur et technique des sarcophages à fond jaune

Les cercueils égyptiens de la 21eme Dynastie (début de la Troisième Période intermédiaire, 1064-664 av J.C.), forment un corpus caractérisé par l’aspect jaune que leur confère le vernis qui les recouvre fréquemment et qui leur a valu l’appellation générique de « Yellow Coffins » ou « Cercueils à fond jaune ». Les cercueils appartenant à des familles de prêtres et provenant de la nécropole de Thèbes ouest (notamment ceux de la cachette dite de Bab el-Gasus), ont été dispersés entre les grands musées européens, séparant parfois les familles – voire les éléments du trousseau funéraire d’un même personnage -, lors de leur découverte au XIX s. C’est pourquoi le Musée égyptien du Vatican – instigateur du « Vatican Coffin Project » -, le Département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre (DAE) et le musée des Antiquités de Leyde (auxquels vient s’adjoindre le musée Egyptiens de Turin) se sont associés pour étudier leurs collections respectives selon un protocole commun. De manière à comprendre les techniques artisanales employées dans la production de ces cercueils à fond jaune, l’analyse multi technique et multi échelle de la polychromie est essentielle pour identifier les procédés de fabrication, les matériaux et les raison de leurs sélection (teinte, symbolisme, résistance, disponibilités, échanges commerciaux), leur mise en œuvre (mélange, superposition) et leur éventuelle origine (indigène ou non, signant alors les routes commerciales). La confrontation des données vises à déterminer des critères matériels discriminants (choix des matériaux, palette, pratique artisanale d’assemblage et de décor, « mains » d’artistes) pouvant constituer des marqueurs chronologiques, des critères de localisation géographique, voire d’ateliers spécifiques. L’enjeu consiste à identifier et distinguer de potentiels ateliers de production thébaine en comparant ces résultats spécifiques avec ceux obtenus sur les cercueils de même origine, mais conservés dans d’autres collections.

Détails d'organisation

Directeur de la thèse:

Nancy LINDER (LCB - UCP)

Autres partenaires :

C2RMF (Sandrine PAGES-CAMAGNA)

Musée du Louvre

Doctorant:

Lucile BRUNEL-DUVERGER