Colloque "Archives, bibliothèques, musées. Quel patrimoine pour quels enjeux aujourd’hui ?"

3 Février 2015 - 30 Avril 2015

tl_files/patrima/docs-actu/conferences/BDaffiche_colloque1011032015.jpgColloque organisé sous l’égide de la Fondation des sciences du patrimoine, en partenariat avec l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, les Archives nationales, l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, le musée du Louvre, les Archives départementales des Yvelines et la Bibliothèque nationale de France.

En tant que patrimoines matériels bâtis susceptibles de transformations en fonction de l’évolution des collections et de leur gestion, ils forment un corpus hétérogène difficilement saisissable tant par la diversité de leurs formes que par celle de leur période de réalisation et de leurs modes de fonctionnement. Il s’agit donc, au travers d’études de cas et d’approches comparatives, de favoriser les croisements et les échanges sur une période de plus de cinquante ans.

L’émergence d’une politique patrimoniale forte à partir des années soixante en France, à l’initiative du premier ministère des Affaires culturelles créé en 1959, explique l’apparition de bâtiments phares, encore peu nombreux durant cette période mais dont le renouvellement programmatique et architectural a conditionné le développement important des musées, des bibliothèques et des centres d’archives à partir des années quatre-vingts. La révolution introduite par l’ouverture du Centre Pompidou en 1977 n’en est que l’expression. Paradoxalement, cette période des années soixante et soixante-dix reste peu étudiée, effacée par les années de grande production et de médiatisation autour de projets qui ont acquis une réputation internationale (nouveau Louvre, BnF). Les bibliothèques, notamment municipales, et malgré le retard important qu’elles ont accusé avant la mise en oeuvre des politiques de décentralisation à partir de 1982, ont pourtant connu dans les années soixante et soixante-dix des politiques de renouvellement institutionnel fortes (émergence du concept de médiathèque, par exemple) visant un objectif d’ouverture au grand public et de démocratisation culturelle. Les musées connaissent alors un destin parallèle avec la mise en oeuvre efficiente des réformes programmatiques esquissées durant les années vingt et trente. Certains d’entre eux, réaménagés ou construits dans les années de l’après-guerre, ont aujourd’hui des destinées délicates, voire difficiles, marquées par l’obsolescence de leurs infrastructures et par le renouvellement des politiques de site ; d’autres poursuivent leur expansion à travers des rénovations, des constructions nouvelles et des renouvellements conceptuels importants. Les centres d’archives, enfin, ont été marqués davantage encore par la difficulté d’exister comme bâtiments à part entière avant le lancement de chantiers novateurs à partir des années soixante (on pensera,notamment, au développement typologique de la tour d’archives).

L’approche consistant à réunir les problématiques communes aux architectures des musées, des bibliothèques et des centres d’archives vise à faire émerger des questionnements autour de thématiques transversales, toutes centrées sur le rapport entre l’architecture et les collections. On interrogera ainsi la question de l’obsolescence de l’héritage bâti en mettant en balance la place légitime, ou non, que ces édifices peuvent avoir dans nos sociétés contemporaines et leur possible capacité évolutive, notamment au regard des restrictions énergétiques. Les modes de représentation, les images, les écrits, forment également un corpus très riche permettant de saisir les formes de réception données à certains modèles, édifices, maîtres d’ouvrage ou maîtres d’oeuvre, aussi bien qu’à la promotion de certaines politiques de renouveau institutionnel fort.

ENSA-V | Mardi 10 mars 2015
Auditorium de la Forge
5, avenue de Sceaux
78000 Versailles

Archives Nationales | Mercredi 11 mars 2015
Auditorium
59 rue Guynemer
93380 Pierrefitte-sur-Seine

Contact :

Nathalie Simonnot responsable scientifique / Ingénieur de recherche, LéaV, École nationale supérieure d’architecture de Versailles.

Programme.

 

Revenir