4 décembre 2012 - "Les acteurs de l'ombre"

Présentation des thèses d'Emmanuelle Portugal (Des chartes aux registres. Les notaires et secrétaires royaux au milieu du XIVe siècle, étude sociale et documentaire) et Lucile Martinet (Etudes historiques et scientifiques des décors de céramiques dits de cuerda seca et de Lignes Noires au sein du monde islamique (XIIIe siècle – XVIIIe siècle)).

 

De l’Anatolie à l’Inde, du XIIIe au XVIIIe siècle, des ateliers de céramiques. Royaume de France. XIVe siècle. Chancellerie royale et notaires-secrétaires.

Ces foyers de création aussi bien écrite que graphique que tout semblent opposer ont pourtant, en dépit de tout ce qui les sépare, des points de contacts au niveau des pratiques et des mécanismes d’apprentissage et de transmission des savoirs. Le vernis de l’uniformité et l’aspect réglé de ces espaces craque progressivement pour laisser apparaître des acteurs tapis dans l’ombre de ceux qu’ils accompagnent et secondent, qu’il s’agisse de maîtres d’atelier ou de notaires-secrétaires identifiés. Ces hommes, qui restent la plupart du temps sans nom, ne restent pas pour autant muets sur leur existence. Les documents, qu’il s’agisse de céramiques, de récits de pèlerins, de chartes ou de registres, laissent entrevoir une juxtaposition d’actions humaines, permettant à celui qui tend l’oreille et observe d’accéder à la véritable polyphonie émanant des sources parvenues jusqu’à nous. Mais, bien loin d’être une solution définitive, le nom, tout comme la perception plus ou moins fine des mains à l’œuvre, ne nous donne pas la clef de nos questionnements. Qui étaient-ils ? Où apprenaient-ils ? Comment se transmettaient-ils leurs connaissances et savoir-faire ? Autant de questions restant le plus souvent sans réponse et allant jusqu’à métamorphoser le chercheur en véritable chasseur. Celui-ci tend alors à « reconstituer les formes et les déplacements de (ses) proies invisibles à partir d’empreintes laissées dans la boue, de branches cassées, d’excréments, de touffes de pouls, de plumes arrachées, d’odeurs confinées » . L’objet de ce séminaire de doctorants aura donc pour but de relier et de mettre en perspective certains aspects de deux thèses en cours, touchant des objets aussi dissemblables qu’éloignés mais dont les questionnements touchant à l’humain et aux savoirs répondent à une logique similaire. Nous tâcherons donc de mettre en lumière les dédoublements et mécanismes tacites de travail des ateliers de céramique et de la chancellerie royale française, en mettant l’accent sur les acteurs et artisans connus ou perçus au travers de thèmes variés tels que la formation, le nom, l’enquête ou même l’archéologie des sources.

Programme

  • tl_files/patrima/images/photos/c2.jpg9h00 : Accueil des participants (Archives nationales, Hall du CARAN)
  • 9h30-9h45 : Introduction générale
  • 9h45-10h : Présentation du Laboratoire d’excellence PatriMa, Etienne Anheim (Maître de conférence en Histoire Médiévale et coordinateur scientifique du Labex PatriMa).
  • 10h00-10h15 : Présentation du laboratoire Etats Société Religion (ESR) rattaché à l’université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, Bruno Laurioux (Professeur en Histoire Médiévale, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • 10h15-10h30 : Présentation du Département des Arts de l’Islam (DAI), musée du Louvre, Claire Delery (Collaboratrice scientifique, DAI, musée du Louvre)
  • 10h30-10h45 : Présentation des Archives Nationales, Ghislain Brunel (Conservateur en chef au Département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime des Archives nationales)
  • 10h45-11h : Pause
  • 11h00-12h30 : Les artisans de l’Ombre, Lucile Martinet et Emmanuelle Portugal (Doctorantes, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • 12h30-14h00 : Déjeuner
  • 14h00-15h00 : Visite des Archives Nationales
  • 15h30-16h30 : Visite du Département des Arts de l’Islam, musée du Louvre

Lieu

Archives nationales, Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (CARAN), 11 rue des Quatre Fils 75003 PARIS

21 Mars 2013 - "L'altération du patrimoine, comprendre pour protéger"

Dans le cadre du Cycle doctoral 2012-2013, une deuxième journée d’études a eu lieu sur le campus de Neuville. Sur le thème "L'altération du patrimoine, comprendre pour protéger", quatre doctorants ont présenté leurs travaux: Mickaël Berrebi (Réalisation de vitrages polymères anti-rayure intelligents pour la conservation préventive des œuvres), Mélanie Denecker (Le rôle des sulfates de sodium dans l’altération des roches et autres milieux poreux : application à la conservation et restauration du patrimoine bâti), Carlotta Santoro (Caractérisation de composés hybrides organique-inorganique à base de cuivre rencontrés en peinture : étude de leur formation et transformation), Charlotte Walbert (Influence des conditions environnementales sur le comportement mécanique des matériaux granulaires naturels du patrimoine bâti).

Programme

9h00 Accueil sur le site de Neuville

9h15 Introduction générale (E. Anheim et R. Thomas) et présentation (Mickaël Berrebi, Mélanie Denecker, Carlotta Santoro, Charlotte Walbert)

9h30 « Caractérisation des pigments organométalliques à base de cuivre et de leur procès de dégradation en peinture », Carlotta Santoro

10h00 « L'heptahydrate de sulfate de sodium joue-t-il un rôle dans l'altération du patrimoine ? », Mélanie Denecker

10h30 « L'influence des conditions environnementales sur le comportement mécanique de pierres calcaires du patrimoine bâti », Charlotte Walbert

11h00 « Réalisation de vitrages polymères anti-rayure pour la conservation préventive des œuvres », Mickaël Berrebi

 

11h30 Visite des laboratoires GEC, L2MGC, LPPI, SOSCO (2 visites au choix).

11h40-12h10 1ère visite

12h20-12h50 2ème visite

 

13h Pause déjeuner

 

14h15 Départ pour visiter le site archéologique de Genainville (Val-d’Oise).