Projet de recherche

Les chancis des couches picturales des peintures de chevalet : contribution à la connaissance des mécanismes de formation, à la caractérisation    physico-chimique    et    aux    traitements    de conservation-restauration.

 

Le projet concerne l’étude de l’altération opacifiante des peintures artistiques, connue sous le nom de « chanci » ou « blanchiment » de la couche picturale, afin d’avoir une meilleure connaissance de ce phénomène en vue de limiter son apparition et d’atténuer ses effets. Le chanci est un problème récurrent qui présente une gêne importante dans la lecture des peintures, comme par exemple pour ces œuvres récemment restaurées au C2RMF : La Sainte Anne de Léonard de Vinci, Chardons, écureuils, reptiles et insectes de Marseus Van Schrieck ou Le Siège de Courtrai de Van der Meulen. L’élimination de l’effet optique de chanci par les procédés de restauration actuels n’est pas toujours pleinement satisfaisante et la résolution de ce problème constitue un enjeu de taille pour la conservation et la restauration des peintures. Il existe plusieurs hypothèses concernant les raisons, les matières et les processus physiques et physico-chimiques mis en jeu, toutefois les résultats présentés par plusieurs chercheurs ne semblent pas aller dans le même sens. La thèse portera sur la caractérisation de la constitution matérielle et les aspects physiques des chancis sur un corpus d’œuvres sélectionnées. Nous allons chercher à déterminer ses origines ainsi que la contribution de facteurs internes (composition chimique) et externes (traitement de conservation-restauration, environnement) dans la dynamique de leur formation. Le mécanisme d’apparition des chancis sera modélisé sur une série d’éprouvettes reproduisant les systèmes observés sur les œuvres. Enfin, à partir d’informations recueillies sur cette base expérimentale nous allons tenter de proposer les traitements appropriés, permettant d’atténuer ou d’éliminer l’effet de chanci de manière efficace et sécurisée.

Détails d'organisation

Doctorant : Anaïs Genty

Structure de rattachement administratif : C2RMF

Ecole doctorale : ED417 Sciences et Ingénierie

Directeur de la thèse : Michel MENU, C2RMF

Partenaires institutionnels: Laboratoire SOSCO, UCP

Autres encadrants éventuels : Nadège LUBIN-GERMAIN, Laboratoire SOSCO, UCP

Durée : 3 ans

Date de démarrage : Octobre 2013