Thèse : La céramique en terre cuite à glaçure plombifère : étude d'une production française post palisséenne (Céramique- postpalisséenne)

Ce projet de thèse a pour objectif d'étudier l'ensemble constitué par les céramiques en terre cuite à glaçure plombifère produites en France à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle, probablement dénommées à l'époque "terres sigillées". L'attribution à l'atelier de Fontainebleau dit d'"Avon", héritée du XIXe siècle, apparaît désormais comme une dénomination artificielle utilisée pour désigner ce qui était auparavant regroupé de façon peu rigoureuse sous le terme de suites de Palissy, école de Palissy ou manière de Palissy. Ces "terres sigillées" constituent aujourd'hui un ensemble sans attache géographique concrète et sans histoire réelle ni sûre. La fragilité des connaissances actuelles sur ces pièces, pourtant très répandues dans les collections publiques françaises et étrangères, rend aujourd'hui leur étude approfondie indispensable.

De nature fondamentalement transdisciplinaire, ce projet doit s'attacher à explorer d'une part leur matérialité, avec la création d'un corpus des oeuvres conservées (plats rustiques, plats moulés, statuettes) et la prise en compte des analyses physico-chimiques déjà entreprises ou à venir; d'autre part, par un travail minutieux de dépouillement d'archives, sans oublier l'apport essentiel du matériel archéologique, il doit permettre de mieux les situer dans un contexte de production en enquêtant sur leur origine, leur destination initiale et leur parcours jusqu'aux collections des érudits du XIXe siècle qui les léguèrent en tant qu'objets d'art aux musées nationaux. Au coeur des problématiques actuelles de la recherche, ce projet de thèse permettra de bénéficier des avancées dans chacun des champs disciplinaires et aura pour ambition d'apporter en retour des éléments historiques fiables aux analyses scientifiques.

Illustration : Plat ovale Henri IV et sa famille, France, XVIIe siècle, terre cuite émaillée. Inv. ECL 1146. Ecouen, Musée national de la Renaissance.

Détails d'organisation

Porteur et directeur de la thèse:

  • François Pernot, UCP/CICC

Autres partenaires et co-directeurs:

  • Françoise Barbe, Musée du Louvre, département des Objets d'art
  • Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance, Ecouen

Doctorant:

  • Jessica Dupuis