ARMEUROPE

Ce projet interroge l’organisation des sociétés européennes sous l’angle de l’histoire des techniques et de la guerre, à travers un objet privilégié : l’armure. A ce titre, l’étude de la fabrication, du commerce et de l’usage des armures de la fin du Moyen Âge jusqu’au début de l’époque moderne constitue une fenêtre d’analyse de premier ordre pour saisir à la fois le dynamisme et la complexité des marchés européens (circulation et échange) d’un objet de luxe (produit dans différents centres européens de grande renommée), qui est aussi un objet de grande consommation et d’usage courant (armures de troupes). Ce projet de thèse envisage une approche interdisciplinaire à forte proportion archéométrique (analyse physicochimique des matériaux) sur un corpus représentatif d’armures produites dans les grands centres européens (Italie du Nord, Allemagne, France…). En effet, les nouvelles méthodologies analytiques maîtrisées par les laboratoires de PATRIMA permettent de préciser les gestes techniques et les procédés de fabrication, de déterminer les provenances des matériaux et la qualité de la mise en œuvre. Ces données qui seront acquises, suite à des développements méthodologiques spécifiques, à partir d’un corpus à valeur historique et statistique seront confrontées à celles issues d’études en histoire des techniques (élaboration de l’objet) et de la guerre (usage de l’objet). Elles permettront d’éclairer d’une manière inédite le dossier de l’armement médiéval et ouvriront la voie à des études interdisciplinaires de grande envergure dans ce domaine.

Détails d'organisation

Porteurs et directeurs de la thèse :

  • Philippe Dillmann (LAPA)
  • Valérie Toureille (AGORA - UCP)

Autres partenaires :

  • Musée du Louvre
  • Wallace Collection

Doctorant :

  • Emilie Bérard