Vient de paraitre... Silences et bruits du Moyen Age à nos jours

tl_files/patrima/appels-projets/Mars 2015/couverture ouvrage silence et bruits mars 2015.jpgVient de paraître : Silences et bruits du Moyen Âge à nos jours. Perceptions, identités sonores et patrimonialisation

Sous la direction de Juliette Aubrun, Catherine Bruant, Laura Kendrick, Catherine Lavandier et Nathalie Simonnot, et sous l’égide de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima).

Paris, L’Harmattan, 2015, 196p.

Cet ouvrage est issu du colloque international, De la rue au musée. Silences et sons du Moyen Âge à nos jours : perceptions, identités sonores et patrimonialisation, qui s’est tenu à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et à l’Institut national de l’audiovisuel en 2012*. L’objectif de cette rencontre était de montrer l’intérêt que représente l’omniprésence du sonore – malgré les difficultés méthodologiques que posent sa captation, sa restitution et son interprétation –, en interrogeant tout particulièrement la patrimonialisation des sons devenue aujourd’hui, notamment dans le champ de la muséographie, un élément incontournable.

Rejetés en tant que bruits, tolérés en tant que sons ou appréciés en tant que musicalités, les phénomènes sonores forment à ce point une part de nos identités qu’il s’agissait d’en cerner plus spécifiquement la nature et les signes de manifestations. Au delà d’une thématique dont les récentes publications montrent la fécondité dans le renouvellement d’une approche sensible des sociétés, il s’agissait plus particulièrement de permettre aux chercheurs venus d’horizons très divers, linguistes et historiens, musicologues et ethnologues, acousticiens et praticiens des sons, architectes et designers sonores, d’échanger sur un objet commun.

* Organisé sous l’égide du LabEx Patrima, par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) et le laboratoire « États, société, religion » (ESR) de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), les laboratoires « Mobilités, réseaux, territoires, environnement » (MRTE) et « Lexiques, dictionnaires, informatique » (LDI) de l’université de Cergy-Pontoise (UCP), le Laboratoire de l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles (LéaV) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Sommaire :

Juliette Aubrun, Catherine Bruant, Catherine Lavandier, Laura Kendrick, Nathalie Simonnot, Introduction

Compositions, inspirations et interprétations

Xavier Hautbois, Le bruit apprivoisé : des sons de la nature et de la civilisation
dans la musique occidentale

Giancarlo Palombini &Georgeta Stoica,Le Delta du Danube, le paysage sonore et l’identité sonore
des chansons ukrainiennes traditionnelles

Rumeurs urbaines

Goulven Oiry, La comédie urbaine (1550-1650), les «bruicts» et les rumeurs

Cătălin Iulian Hriban, Protimisis et sultan-mezat dans la Moldavie du XVIIIe siècle.
La sonorité du marché immobilier

Mohsen Ben Hadj Salem, À l’écoute des sons du quotidien,
ou comment la médina tunisoise crée son identité sonore

Silence(s)

Cédric Feriel, Le son de l’urbanité. Appropriation des espaces piétonniers
européens dans les années 1960-1970

Pauline Delaitre, Identité des zones calmes en tant qu’objets à préserver

Mélanie Métier, Du Silence à vendre! Les matériaux à performance acoustique :
la solution contre le bruit dans l’architecture des années 1955-1960

Archives et construction d’une mémoire sensible

Thibault le Hégarat, Un nouvel univers sonore pour les Français. Les fonctions d’identification, de ritualisation et de remémoration des sons de la télévision

Mylène Pardoën, Les oreilles à l’affût! Restitution d’un paysage sonore :
œuvre de l’imaginaire ou recherche d’authenticité?

Guillaume Heuguet,De la chambre au «cloud»? Fonction documentaire du son
et énonciation éditoriale des «players audio»

Revenir