Soutenance de thèse : Mickaël Berrebi

Nous avons le plaisir de vous annoncer que Mickaël Berrebi doctorant du LabEx Patrima inscrit à l'université de Cergy-Pontoise, soutiendra ses travaux le lundi 15 juin 2015 à 14h à l'UCP , bâtiment F dans l'Amphithéatre 9 sur le site de Neuville.

Sa thèse initiée en 2011 porte sur le « Développement de vitrages organiques et hybrides à base de réseaux interpénétrés de polymères pour la protection des biens culturels ».

Résumé : Ces travaux de thèse se positionnent au coeur des problématiques du patrimoine et notamment de la conservation préventive des oeuvres d’art. Pour apporter aux musées une solution à faible coût capable de répondre aux exigences fixées dans le cadre de la protection du patrimoine culturel, nous avons développé de nouveaux vitrages polymères permettant de protéger les oeuvres sans en altérer leur perception par le public. Ces matériaux pourront, à terme, tenter de remplacer les vitrages de type poly(méthacrylate de méthyle) (PMMA), très largement utilisés, mais dont le principal inconvénient est sa grande sensibilité à la rayure et aux solvants de nettoyage.

Ces matériaux ont été synthétisés en combinant, en différentes proportions, deux polymères, le PMMA et le polycarbonate de CR39® (PCR39®) dans une architecture de réseaux interpénétrés de polymères (RIP). Cette association a permis d’obtenir des nouveaux matériaux transparents (T% > 95%) dont la résistance à la rayure et aux solvants est considérablement améliorée comparativement à celle du PMMA. Leurs vieillissements lors de leur exposition à la lumière (UV) artificielle ou naturelle ont été étudiés. Afin d’améliorer leurs propriétés d’anti-rayure, nous avons réticulé sélectivement la phase PMMA avec des nanoparticules de silice fonctionnalisées, ce qui conduit à la réalisation d’un nouveau RIP hybride. Enfin, dans l’optique d’obtenir un matériau intelligent, nous avons étudié la possibilité d’intégrer au sein même de ces vitrages, un capteur de rayonnements UV afin de pouvoir alerter de leur présence. Le PCR39® ayant les propriétés en adéquation avec le développement d’un tel capteur, nous avons ensuite cherché à augmenter la sensibilité du matériau. Pour cela, des composés fluorescents, organique, d’une part et inorganiques d’autre part (nanoparticules d’oxyde de gadolinium dopées soit au terbium soit à l’europium) ont été intégrés au sein des RIPs.

Composition du jury:

Pr. Nathalie STEUNOU, Professeur – ILV, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines : Rapporteur
Dr. Daniel GRANDE, Directeur de Recherche CNRS, ICMPE : Rapporteur
Pr. Thierry LALOT, Professeur – CRPBC, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne : Examinateur
Dr. Isabelle FABRE-FRANCKE, MCF – LPPI, Université de Cergy-Pontoise : Examinateur
Pr. Bertrand LAVÉDRINE, Professeur – Muséum national d’histoire naturelle : Co-directeur
Pr. Odile FICHET, Professeur – LPPI, Université de Cergy-Pontoise : Co-directrice

 

Revenir