Soutenance de thèse : Fabien Pottier

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer que Fabien Pottier, doctorant du LabEx Patrima inscrit à l'Université de Cergy-Pontoise soutiendra ses travaux le jeudi 19 janvier 2017 à 14h dans l'auditorium de la Grande Galerie de l'Evolution, 36 rue Geoffroy St-Hilaire, 75005 Paris.

Sa thèse initiée en 2013 est intitulée «Etude des matières picturales du Codex Borbonicus Apport des spectroscopies non-invasives à la codicologie».

 

Résumé des travaux :

Le contenu et l’état de conservation exceptionnel du Codex Borbonicus en font un témoin précieux de la culture du bassin de Mexico-Tenochtitlan à l’époque de l’arrivée des conquistadors. Pour certains historiens il s’agit d’un document assurément précolombien, tandis que pour d’autres, une partie de son contenu graphique dénote une influence culturelle européenne. Afin d’explorer les savoir-faire mis en œuvre lors de sa production et d’apporter de nouvelles données à ce débat, la nature et le mode de préparation des constituants du manuscrit sont étudiés, dans les limites offertes par les instrumentations transportables et non-invasives (spectroscopies de fluorescence de rayons X, de réflexion, d’émission et Raman).

Une première interprétation des données analytiques enregistrées sur le manuscrit se base sur les connaissances issues des sources historiques et du corpus de manuscrits mésoaméricains déjà étudiés. Une analyse plus fine des données est apportée par des calculs de combinaisons spectrales et par l’étude expérimentale de certains colorants, qui permettent une compréhension plus avancée des techniques de production picturale employées. Afin de généraliser les conclusions tirées des mesures localisées, la distribution des constituants sur la totalité du document est également abordée.

L’imagerie hyperspectrale, par l’application d’outils statistiques et le développement de cartographies de motifs spectraux spécifiques, apporte ainsi une nouvelle perspective aux résultats des analyses. L’utilisation exclusive de colorants organiques d’origine animale (Dactylopius coccus) ou végétale (Indigofera suffruticosa, Comellina coelestis, Justicia spicigera) dans le Codex Borbonicus, seuls ou en mélanges, correspond aux traditions précolombiennes. L’hypothèse d’une influence européenne ne peut donc s’appuyer sur la nature des constituants du document. Les données présentées viennent par ailleurs enrichir les connaissances sur les techniques de production de manuscrits mésoaméricains.

 

Le jury sera composé de :

Dr. Mathieu Hébert, Laboratoire Hubert Curien, Université de St-Etienne, rapporteur

Dr José Luis Ruvalcaba-Sil, ANDREAH, Université autonome de Mexico, rapporteur

Dr. Philippe Walter, LAMS, Paris, examinateur

Dr. John Delaney, National Gallery of Art, Washington, examinateur

Pr. Christine Andraud, CRC, MNHN, Paris, directeur de thèse

Pr. Fabrice Goubard, LPPI, Université de  Cergy-Pontoise, Directeur de thèse

Pr. Bertrand Lavédrine, CRC, MNHN, Paris, directeur de thèse

M. Patrick Montambault, directeur de la bibliothèque de l’Assemblée Nationale, membre invité

 

 

Revenir