Soutenance de thèse : Ali KARAOUZENE

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer que Ali Karaouzene, doctorant du LabEx Patrima inscrit à l'Université de Cergy-Pontoise soutiendra ses travaux le mardi 28 février 2017 à 14H à l'ENSEA (2 avenue Adolphe Chauvin, 95300 Pontoise (salle Amphi Colloque).

Sa thèse initiée en 2011 est intitulée «Construction sociale d'une esthétique artificielle. Berenson, un robot amateur d'art».

Résumé des travaux :

Dans cette thèse nous nous intéressons à la problématique de la construction de l'esthétique chez les humains. Nous proposons d'utiliser un robot comme modèle pour étudier les briques de bases qui participent au développement des préférences esthétiques. Nous utilisons le terme d'esthétique artificielle (E.A ) pour désigner les préférences du robot. Plusieurs travaux de recherche tentent d'établir des théories de l'esthétique que nous séparons ici en deux approches. D'une part, les approches empiriques qui étudient les préférences esthétiques d'un point de vue expérimental. Nous nous intéressons notamment à une branche plus radicale des approches empiriques, nommée la neuroesthétique. Celle-ci postule l'existence de structures cérébrales dédiées à l'appréciation des scènes visuelles en général et de l'art en particulier. D'autre part, les approches sociales qui avancent que les préférences esthétiques se transmettent de génération en génération et se construisent selon l'historique de l'individu et de ses interactions avec les autres. Le contextualisme historique est une branche des approches sociales qui établit un lien entre le contexte dans lequel une œuvre est observée et son appréciation. Sans remettre en cause l'approche neuroscientifique, nous avons choisi de nous positionner dans une approche sociale et développementale en utilisant des méthodes expérimentales telles que celles utilisées en esthétique empirique. Nous étudions l'émergence du sens esthétique dans le cadre de la référenciation sociale. On appelle référenciation sociale la capacité à attribuer des valences émotionnelles à des objets a priori neutre. Nous testons nos hypothèses sur robot mobile dans un cadre d'interaction triadique : homme-robot objet. Ceci dans un milieu naturel centré sur des humains non initiés à la robotique. Les humains jouent le rôle d'enseignants (professeur) du robot. Ils ont la tâche de suivre le robot dans son développement et de lui enseigner leurs préférences pour lui permettre de développer son propre "goût". Nous avons choisi de mener nos expériences dans des milieux dominés par l'esthétique comme les musées ou les galeries d'art. Toutefois, ces expériences peuvent être menées en tout lieu où des humains et des objets seraient disponibles. Notre robot, nommé Berenson en référence à un célèbre historien de l'art du 19ème siècle, est un outil pour comprendre d'une part comment s'installent des interactions sociales et comment les humains prêtent des intentions aux machines, et d'autres part il permet d'étudier les briques minimales d'intelligence artificielle à mettre en place pour construire une esthétique artificielle.

Le jury sera composé de :

M. Arnaud Revel, Rapporteur, Professeur, Université de La Rochelle
M. Peter Ford Dominey, Rapporteur, Directeur de recherche, Inserm U846
M. Rodolphe Gelin, Examinateur, Ingénieur, SOFTBANK
M. Nicolas Rougier, Examinateur, Directeur de recherche, Inria Bordeaux Sud-Ouest
M. Paul Dumouchel, Examinateur, Professeur, Université Ritsumeikan, Kyoto
M. Philippe Gaussier, Directeur de thèse, Professeur, Université de Cergy-Pontoise
M. Denis Vidal, Directeur de thèse, Directeur de recherche, IRD

 

Revenir