Annonce journée d'études MRTE (UCP): « Activisme, participation, contestation : la place des habitants dans les processus de patrimonialisation en banlieue »

tl_files/patrima/docs-actu/conferences/14-01-14 Journée d'études MRTE affiche.jpgPrésentation

L’activisme, la participation, la contestation ou la résistance des « habitants » sont aujourd’hui perçus comme des éléments fondamentaux des jeux d’acteurs dans la fabrique de la ville, et particulièrement dans l’invention de nouveaux patrimoines urbains. Cette journée sera l’occasion de questionner le rôle des « habitants » dans les processus de patrimonialisation de l’urbain en banlieue.


Modalités et enjeux des mobilisations habitantes en faveur des patrimoines


Cet atelier s’intéressera aux enjeux des mobilisations habitantes en faveur de la préservation des patrimoines, et aux modalités d’action, entre activisme, participation et résistance, indissociables des dynamiques socio-spatiales caractérisant les périphéries urbaines aujourd’hui. Il questionnera les nouvelles formes de mobilisation liées au renouvellement des populations vivant dans les banlieues – et à leurs manières de concevoir individuellement ou collectivement leur rapport à la ville. Que nous apprennent ces mobilisations sur les manières d’habiter la ville et de concevoir le patrimoine urbain, en termes de perceptions, valeurs et représentations?


Actions et réactions des institutions patrimoniales


Cet atelier portera sur les modalités d’action et de réaction des institutions vis-à-vis des mobilisations des habitants. Que désigne exactement la notion d’ « habitant », si souvent mobilisée dans les discours d’acteurs institutionnels (catégorie de « public », diversité, communautés....) ? La « participation habitante » désormais prônée au sein des institutions, dans les processus de sélection, valorisation voire redéfinitions patrimoniales, fait-elle consensus auprès des acteurs institutionnels ? Assiste-t-on à l’élaboration de nouveaux partenariats entre les institutions et les populations ? De nouvelles formes de coopération changent-elles les façons de travailler des uns et modifient-elles le rapport à l’institution des autres ?


Conflits et concurrences autour de la patrimonialisation


L’extension catégorielle et territoriale de la notion même de patrimoine a-t-elle contribué à un déplacement des conflits patrimoniaux des centres urbains vers les périphéries ? Les échelles, les conceptions renouvelées de l’aménagement urbain (intercommunalité, rénovation urbaine...) et les modalités contemporaines de l’habiter en périphérie (mobilités grandissantes, nouvelles aspirations résidentielles, sentiment de relégation ou d’exclusion, éclatement des espaces de vie...) conduisent-elles à des formes d’appropriation conflictuelles des patrimoines ? La discussion inclura la question des catégories marginalisées ou exclues des processus de patrimonialisation, en lien avec les phénomènes de fragmentation urbaine, de spécialisation fonctionnelle des territoires et l’action dominante de certaines catégories d’acteurs imposant leur vision légitime de la ville.


Quelles perspectives de recherche : vers une redéfinition des catégories patrimoniales et urbaines en banlieue ?


Cet atelier portera sur les perspectives possibles de recherche émergeant des échanges, débats et questions soulevés durant les sessions. Quelles représentations renouvelées de la banlieue émergent des processus de patrimonialisation ? En quoi penser le patrimoine « pour » et « par » les habitants fait-il évoluer la notion même de patrimoine « urbain » entre matériel et immatériel, culturel et naturel ? Assiste-t-on à l’émergence de nouvelles catégories légitimes qui transforment la manière de penser la ville et l’urbain, particulièrement dans les périphéries ?
La journée est voulue comme un temps d’échanges entre chercheurs issus de disciplines différentes et acteurs de terrain afin de faire émerger les nouveaux enjeux et des problématiques de recherche collectives et pluridisciplinaires.


Programme

Amphithéâtre, Bâtiment Le Verger, Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise


8h45- 9h15    Accueil des participants

9h15-9h30    Mot d’accueil : Olivier Millot (Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise). Présentation de la journée : Anne Hertzog (Géographe, UCP, MRTE)

 

9h30-11h Modalités et enjeux des mobilisations habitantes
Discutant : Fabrice Ripoll (Géographe, Université Paris Est Créteil, Lab’Urba)

  • Dominique Falcoz (Théâtre de la Nuit, Présidente du réseau Mémoires Histoires en Ile de France) : Identités et patrimoine : le droit à l'histoire au delà du périph'
  • Marie Pierre Agnès (Collectif « Accueil banlieues ») : Expérimentations habitantes en banlieue
  • Isabelle Backouche (Historienne, EHESS-CRH) : Que nous disent les mobilisations urbaines sur la ville ?


Pause café

11h15-12h45 Actions et réactions des institutions patrimoniales
Discutant : Michel Rautenberg (Anthropologue, Université de Saint Etienne)

  • Arlette Auduc (Chef du Service Patrimoines et Inventaire, Région Ile de France) : Intégrer les habitants à l’Inventaire ?
  • Béatrix Goeneutte (Directrice de la Maison de Banlieue et de l’Architecture) : La place des habitants dans la valorisation du patrimoine de banlieue. Le cas de la Maison De Banlieue et de l’Architecture à Athis Mons
  • Sébastien Jacquot (Géographe, Université Paris 1 Sorbonne, IREST-EIREST) : Politiques patrimoniales en banlieues et habitants : entre mobilisations et participations

 

12h45-14h : Repas

 

14h-15h30 Conflits et concurrences autour de la patrimonialisation
Discutant : Patrice Melé (Géographe, UMR CITERES, CNRS, Université de Tours)

  • Géraldine Djament-Tran (Géographe, Université de Strasbourg I) : Militantisme patrimonial et recompositions métropolitaines de la banlieue post-industrielle. Le cas de Plaine Commune
  • Olivier Millot (Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise) : Concurrences mémorielles et patrimoniales en ville nouvelle
  • Alain Chenevez (Sociologue, Université de Dijon) : L'inévitable éviction des habitants dans les formes de patrimonialisation en banlieue ? L'exemple de la Région Urbaine de Lyon

 

Pause café

15h45-17h45 Redéfinitions conceptuelles et renouvellements des problématiques de recherches
Discutante : Maria Gravari-Barbas (Géographe, Université de Paris 1- IREST-EIREST)

  • Vincent Veschambre (Géographe, Ecole d’architecture de Lyon) : La banlieue, un patrimoine immatériel ?
  • Odile Le Faou (Pôle médiation de l'Observatoire départemental de la biodiversité urbaine, Direction de la nature, des paysages et de la biodiversité CG 93) : Construire des projets d'aménagement avec la population : pour une meilleure appropriation des enjeux de biodiversité et du patrimoine naturel en Seine-Saint-Denis
  • Bianca Botea (Anthropologue, Université Lyon II) : Les prises du chercheur dans les dispositifs de "rénovation urbaine". Retour sur l'objet d'une enquête (à Lyon, la Duchère)
  • Pierre-Jacques Derainne (Historien, Association Trajectoires, MSH de Dijon) : « Quartiers en histoire(s) » à Saint-Ouen : un partenariat à l'épreuve pour repenser la ville

 

17h45 -18h00
Romain Thomas (Historien, UCP, LabEx Patrima) : Patrimoine culturel et pratique de l’interdisciplinarité

 

18 h : Conclusions et perspectives
Elizabeth Auclair et Didier Desponds (Géographes, laboratoire MRTE, UCP)

 

Programme et plan d'accès:

Revenir